Un robot qui écrit des livres… où va le monde !

intelligence-artificielle-concours-litteraire-1-660x330

Sans doute avez-vous entendu parler de la victoire de l’intelligence artificielle AlphaGo sur Lee Sedol, champion mondial du jeu de go.

Prenant acte de sa défaite, ce dernier avait très justement déclaré :

« C’est moi, Lee Sedol, qui ai perdu, mais pas l’humanité ».

Plus récemment, un autre robot s’est distingué par sa simple présence à un prix littéraire !

Vous avez bien lu ! Les textes d’une machine ont été soumis au jury d’un prix littéraire : le prix Hoshi Shinichi (du nom d’un auteur de science fiction très prisé au Japon) fondé en 2013 par la fille de l’écrivain.

Cette dernière avait d’ailleurs déclaré que :

« La participation d’autres non-humains, comme des extraterrestres ou des animaux, tant que leurs écrits sont en japonais », sont admissibles.

Aucune autre espèce ne s’étant manifestée, seul le robot a été intégré à la liste des auteurs en lice… et je vous rassure tout de suite, il n’a pas été récompensé !

Pour autant, je trouve très dérangeant qu’il ait été considéré pour un prix littéraire.

L’ordinateur qui écrit des livres

Comble de l’ironie, le titre du livre « rédigé » par l’intelligence artificielle était : Le jour où un ordinateur écrit un roman.

Pourtant, le titre sonne faux. Je m’explique.

Le programme n’a pas réellement écrit le livre puisqu’un roman modèle ainsi que les « paramètres » même du livre, c’est à dire tous les éléments qui en font l’essence tels que l’intrigue et le type de personnages ont été mis en place par une équipe de chercheurs de la Future University à Hakodate.

Concrètement, cela signifie que l’ordinateur a sélectionné des phrases et des mots préparés par des humains afin d’écrire le livre.

Dans ces circonstances, seule 20% de la production littéraire proviendrait de la machine…

« J’ai été surpris par l’ouvrage car il s’agit d’un roman bien structuré. Mais il y a encore des problèmes à surmonter pour gagner le prix, notamment les descriptions des personnages », a déclaré l’un des juges du prix.

Jugez-en par vous même avec ce petite extrait issu du roman hybride :

« Je frémissais de joie, que je ressentais pour la première fois, et je continuais à écrire avec entrain. Le jour où un ordinateur a écrit un roman. L’ordinateur décida de se concentrer sur la poursuite de sa propre joie et arrêta de travailler pour les humains. » 

Il semblerait, et c’est heureux, que la machine se heurte à la complexité des intelligences humaines et plus spécifiquement aux sentiments et à l’indéniable imprévisibilité de l’humain.

L’intelligence artificielle ne l’a donc pas remporté ici mais face à la victoire d’AlphaGo contre le champion du monde du jeu de go, je pense que nous, les humains, devrions nous faire un peu de souci !

D’ailleurs, Hitoshi Masuraba, développeur de l’intelligence artificielle ayant « écrit » Le jour où un ordinateur écrit un roman, reste très optimiste quant à la capacité d’un robot à surpasser le talent humain :

 « Jusque-là, les intelligences artificielles ont été habituées à résoudre des problèmes qui ont des solutions, comme le Go. À l’avenir, je voudrais amplifier le potentiel des IA afin de les approcher le plus possible de la créativité humaine. »

Voilà une ambition quelque peu effrayante… pour ma part en tous cas.

Fort heureusement, le jour où un robot sera en mesure d’écrire, seul, Les Misérables 2 n’est pas encore arrivé !

« Les mots sont les passants mystérieux de l’âme ». Victor Hugo

victor-hugo-1024x1024

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s