Amazon Killer : le sauveur des librairies !

Amazon est partout, sur tous les fronts.

Et pour les librairies indépendantes, difficile de résister à la fougue destructive de ce géant du Web.

Mais le géant a des ennemis… de petite taille peut-être mais des adversaires très ingénieux.

Amazon Killer est l’un d’eux, le stéréotype même de David à l’assaut de Goliath mais surtout à la rescousse des librairies !

Et il faut bien l’avouer, j’adore !

J’adore la démarche, cette volonté farouche de lutter contre ce colosse indétrônable de la distribution en ligne dont les tentacules ne cessent de se multiplier et d’asphyxier les plus petits !

J’adore surtout le concept : une idée astucieuse qui a le mérite d’utiliser Amazon contre lui-même !

Comment ? Voilà tout l’objet de cet article ! Vous présenter une petite astuce qui vous permettra de trouver vos lectures en ligne mais de les acheter en librairie !

Amazon Killer : le plugin qui tue !

Amazon Killer est né dans l’esprit d’Elliot Lepers, un jeune français de 23 ans, fils du journaliste John-Paul Lepers.

Ses casquettes sont multiples puisqu’il se définit lui-même comme  un « activiste, designer, réalisateur, défenseur et promoteur de l’open source, et écologiste ».

Il possède d’ores et déjà une solide expérience en matière d’activisme. En 2011, il a été le directeur artistique d’Eva Joly. C’est d’ailleurs à lui que l’on doit le concept marketing des lunettes rouges.

lunetteseva

Il a également présenté l’émission « L’Œil de Links » sur Canal+, a écrit le webdoc « Stains Beau pays » et a co-fondé le site anti-sexiste MachoLand.fr.

Comme vous le voyez, Elliot Lepers est un jeune homme plein de ressources et dont les ambitions sont grandes puisqu’elles l’ont mené tout récemment à s’attaquer au géant Amazon ! Le défi est de taille !

Pour ce faire, il propose une extension qu’il convient de télécharger en passant par Firefox ou par Chrome. Une fois le plugin installé, le bouton « Acheter en librairie » apparaît juste au-dessus de « Ajouter au panier ». Ainsi, vous pouvez rechercher un livre en ligne, directement sur Amazon et bénéficier, pourquoi pas, du système de recommandation, mais au lieu de mettre le livre dans votre panier, il vous suffit de cliquer sur le bouton « Acheter en librairie ».

C’est alors que la magie opère puisque vous être directement redirigé vers le site « Place des libraires ». Celui-ci vous permet de voir dans quelles librairies proches de chez vous le livre convoité est disponible. Il est même possible de le réserver en ligne.

Ainsi, plus besoin d’attendre la livraison au lendemain. Vous pouvez avoir le livre désiré le jour même ! Encore faut-il accepter de faire quelques pas pour vous rendre dans la librairie la plus proche de chez vous 😉

Ingénieux n’est-ce pas ? Un petit peu vicieux aussi mais terriblement pertinent pour les librairies qui n’ont malheureusement pas les moyens nécessaires pour lutter contre la concurrence d’Amazon.

Sauver les librairies

L’ambition affichée du créateur d’Amazon Killer est de permettre aux librairies de résister et de survivre plus longtemps face à la concurrence de la vente en ligne. Il s’agit d’un réel problème dont, je pense, nous avons tous conscience.

La problématique est complexe puisque le sort des librairies est finalement intimement lié à nos habitudes de consommation (même si ce n’est pas le seul facteur).

Cela pose de réelles questions : sommes-nous en train d’assister à la disparition progressive et inéluctable des librairies en France ? Dans quelle mesure les nouvelles habitudes de consommation, les mutations des pratiques de lecture et la révolution numérique conduisent-elles à la fin du commerce culturel tel que nous le connaissons ? Quels atouts permettraient aux librairies de résister et de survivre face à ces bouleversements ?

Autant de pistes de réflexion pour un débat qui malheureusement ne donne pour le moment que très peu de certitudes sur l’avenir des librairies en France.

Les libraires, quant à eux, luttent comme ils peuvent, avec leurs armes et leurs moyens. C’est ainsi que naissent, progressivement, des plateformes de libraires (Librest, Paris Librairies, leslibraires.fr,lalibrairire.com...).

La stratégie de résistance est donc de jouer collectif, de mutualiser les ressources et les forces, d’agréger les stocks et surtout de mettre internet au service des librairies.

Mais qu’en est-il de l’avenir physique des librairies ?

Difficile de spéculer. Seul le futur nous le dira.

Quoiqu’il en soit, on ne peut que saluer les initiatives comme Amazon Killer.

A présent, nous n’avons plus aucune excuse pour ne pas changer les choses et aider les librairies à survivre.

Encore faut-il que l’envie de changer soit réellement présente…

 

Un commentaire

  1. Comme souvent, le débat est large, le confort de la livraison à domicile avec une légère attente ou le déplacement en boutique avec l’opportunité de faire d’autres découvertes que ce pour quoi on était d’abord parti. Et surtout, un élément de poids : le prix, s’il est vrai que le conseil et le choix ou le contact du livre ‘en vrai’ n’ont pas de prix, le livre en lui même en a un, et bien réel. Les frais des librairies « en dur » sont réels, ceux d’amazon sont scadaleusement rabotés de par leur business model, mais au final, les consommateurs seront ils d’accord de payer plus cher pour ça ? les librairies proposent aussi souvent un choix limité, nécessitant de recourir à la commande (livres en langues étrangères, anciennes éditions, intégrales,….) alors tant qu’à faire, beaucoup préfèrent commander sur amazon plutot que faire un deplacement inutile (meme si l’application proposée permet de vérifier la disponibilité dudit livre). Perso je fais un mix des deux, mais j’avoue que dans la plupart des cas je suis Amazonien plutot que « rat de librairie » 😉 Chacun son livre 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s