Coup de gueule : les introvertis au pouvoir !

7274811

Un petit coup de gueule en ce weekend pluvieux ; celui d’une introvertie, d’une timide qui ne supporte plus d’être écrasée par des personnalités que rien n’effraie.

Certaines personnes ont la chance d’évoluer dans la vie avec assurance, confiance en soi. Les contacts sociaux ne les désarment pas. Ils aiment se mettre en avant et pavaner et s’expriment sans peur devant une audience nombreuse. Plus encore, ils sont enclin à agir et disposent bien souvent des qualités nécessaires au leadership.

Cette classe des puissants est bien celle qui gouverne le monde aujourd’hui. L’extraversion est devenue l’idéal de notre société. Les individus prolixes ayant la faculté de s’exprimer habilement, avec rapidité et réactivité, apparaissent ainsi bien plus brillants que les autres ! Peu à peu la vie ressemble à un plateau de télévision et les extravertis s’adjugent la part du lion.

Tout commence dès l’enfance, à l’école, dans la cours de récréation. Une dichotomie s’installe entre les introvertis et les extravertis qui n’ont pas peur de s’exprimer, de passer au tableau, de lever le doigt alors même qu’ils ne connaissent pas la réponse… Autant d’exemples que l’on retrouve dans le monde de l’entreprise où se mettre en avant et s’exprimer avec aisance sont des qualités majeures pour être chef !

Les introvertis sont quant à eux sur la réserve. Ils prennent le temps de réfléchir avant d’agir et sont bien trop souvent relégués au second plan ou s’y cantonnent eux-mêmes. Préférant nettement le calme à l’excitation et ayant naturellement besoin de solitude (sans être pour autant timides ou réticents aux interactions sociales), les introvertis sont sensibles aux simuli « émotionnels » (telle que la peur notamment).

Vous l’aurez donc compris, les extravertis disposent d’avantages manifestes dans une société telle que la nôtre où l’image est primordiale. Leur faculté à s’exprimer avec aisance et à se mettre en avant leur ouvre les portes du pouvoir. Une fois aux responsabilités, ils imposent leurs valeurs et c’est ainsi que ce constitue un idéal social extraverti. Et peu à peu, la vie prend la forme d’un véritable plateau de télévision !

Une fois ce postulat posé, deux problèmes majeurs émergent. D’une part, les introvertis se trouvent dans une position d’inconfort notable. Et il ne faut pas oublier qu’ils représentent, selon certaines études, 30 à 50% de la population ! D’autre part, les décisions exprimées avec vigueur et conviction l’emportent sur les idées plus construites mais souvent bien meilleures ! Encore une fois, l’image et la rhétorique dominent la réflexion et c’est ainsi que de bien mauvaises décisions sont prises au plus au niveau !

Certains experts de neuroéconomie affirment ainsi que le krack financier de 2008 peut-être expliqué par des décisions prises par des extravertis impulsifs et guidés par l’appât du gain. Les experts de la finance ont d’ailleurs confirmé cette thèse en déclarant qu’effectivement le pouvoir était alors concentré entre les mains de personnes agressives et prêts à prendre tous les risques !

Ainsi, je plaide pour une meilleure prise en considération des introvertis : des êtres de prudence, guidés par la réflexion et attentifs aux émotions. D’ailleurs, un introverti bien connu a d’ores et déjà montré l’importance de ces qualités : Ganghi !

Malgré sa réserve, il a fait preuve de courage et de tempérament afin de parvenir à se mettre en avant et à s’imposer. Introverti notoire, cela ne l’a pas empêché d’enseigner avec brio !

Un introverti est donc tout à fait en mesure de se placer en position de chef et de leadership, sans pour autant perdre ses attributs associés à l’introversion : l’empathie, la prudence, l’auto-contrôle, la réflexion.

La société actuelle a, à mon avis, besoin autant des extravertis que des introvertis mais le monde se porterait beaucoup mieux si les introvertis bénéficiaient de davantage de considération. Plus encore, l’agressivité dont font preuve les extravertis me semble néfaste autant pour les affaires de ce monde que pour les introvertis eux-mêmes qui finissent par penser que cette société ne leur correspond pas, qu’elle les ignore, qu’elle ne daigne les entendre ! Et pourtant, les choses qu’ils ont à dire mériteraient amplement qu’on s’y arrête.

Ainsi, je plaide en faveur d’une meilleure prise en compte de ces êtres qui se font trop souvent oubliés, qui souffrent en silence car la société toute entière les relèguent au second plan. Je plaide pour que le pouvoir ne soit pas concentré dans les seules et uniques mains des extravertis qui, par manque d’empathie, oublient souvent l’essentiel, à savoir le bien de l’humanité et du plus grand nombre. Guidés par leur égo, ils n’agissent que pour leur propre compte ou celui de leur « classe ». Observez les hommes politiques et les grands dirigeants d’entreprises et vous ne pourrez qu’acquiescer !

Il est donc temps que l’idéal extraverti baisse d’un ton et qu’il laisse place à un autre idéal : celui de la prudence, de l’empathie et de la réflexion.

Alors, si vous aussi vous en avez marre de vous sentir rabaisser, écraser et guider par des personnes qui ne représentent en rien vos valeurs, dépasser votre peur et faites entendre votre voix !

Après tout « ni e = mc2, ni Le Paradis perdu ne sont l’œuvre d’un fêtard ! » (Susan Cain, La force des discrets, 2013)

2 commentaires

  1. Merci pour cet article. Je me suis intéressé au sujet et il apparaît assez étrangement que parmi les gens qui nous gouvernent (politiques, patrons, etc.) il y a une part assez équitable d’introvertis et d’extravertis.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s