Critique littéraire – No Easy Answers : The Truth Behind Death at Columbine – Brooks Brown, Rob Merritt

no-easy-answers

Une critique littéraire un peu particulière aujourd’hui qui pourrait susciter quelques réactions.

No Easy Answers évoque le massacre de « Columbine ». Le livre n’est disponible qu’en anglais. Il a été publié en 2002 aux éditions Lantern Books.

Le mardi 20 avril 1999, Eric Harris et Dylan Klebold se rendent dans leur lycée de Columbine près de la petite ville de Littleton et tue 12 étudiants, un professeur et blessent 24 autres étudiants plus ou moins grièvement. Les deux tueurs se suicident à la fin de la fusillade.

Cet évènement a suscité une grande émotion dans le pays. Non seulement les deux tueurs avaient planifié leur attaque pendant plus d’un an, mais ils avaient imaginé la destruction totale de leur lycée. En effet, leur plan initial était de placer des bombes dans la cafétéria et de tirer à vue sur les survivants qui essaieraient de s’enfuir. Les bombes n’ayant jamais explosé car défectueuses, les deux étudiants ont été « contraints » de changer leur plan.

Bien évidemment la question du pourquoi était sur toutes les lèvres. Les lois de contrôle des armes, la disponibilité de ces armes, l’impact des jeux vidéos, de la musique, des films violents… toutes les raisons ont été évoquées dans la presse. Mais peu sont les journalistes qui ont mis en avant le fait que les deux étudiants étaient malmenés au lycée.

Une cause justement évoquée dans ce livre de Brooks Brown, qui se trouve être un proche des deux étudiants meurtriers. Dans ce livre, il relate sa rencontre avec Dylan Klebold, dès l’école primaire, celle avec Eric Harris. Il raconte les brimades, les insultes, les humiliations. Pour autant, il ne tente pas d’excuser les deux adolescents. Il fait un portrait très sombre de Eric Harris, avec qui les relations étaient plus que tendues à l’orée du massacre. Eric avait un caractère explosif, impulsif. Indéniablement, une très grande colère l’habitait. Dylan semblait plus timoré mais à la lecture du livre, une personnalité dépressive et tout aussi destructrice émerge.

Columbine1

La particularité de ce livre est de revenir aux prémisses. L’auteur déroule son histoire d’un point de vue chronologique. Les détails sanglants du massacre ne sont donc pas évoqués. Ici, le propos est de tenter de trouver des réponses. Loin des explications minimalistes sur l’influence des jeux vidéos ou d’une musique dite violente, l’auteur s’attache à relater des moments clés, des instants qui, cumulés ensemble, sont susceptibles d’apporter une lumière explicative sur cette tragédie. Une simple phrase résume ainsi la pensée de l’auteur : « Eric and Dylan created this tragedy, But Columbine created them. »

Une partie du livre est consacrée à l’avant Columbine. Une seconde se concentre sur les conséquences de cette tragédie sur celles et ceux qui connaissaient les meurtriers. Brooks Brown raconte alors comment il s’est vu interdit de finir ses études à Columbine. Il évoque la manière dont le proviseur n’a cessé de nier l’existence même de « bullies » au sein de son établissement. Une vérité cachée et dissimulée pour mieux faire perdurer un système de « castes » : le lycée, aux Etats-Unis est une véritable jungle dans laquelle les sportifs et autres privilégiés bénéficient d’une place dorée alors que tant d’outsiders souffrent en silence et finissent par commettre l’irréparable. Une triste réalité que les médias ont très peu considérée en tentant de trouver une cause à Columbine.

La cause, d’ailleurs, ne saurait être unidimensionnelle. Ce serait une erreur de ne chercher qu’un seul facteur. Le simple fait que la tuerie est été perpétuée par deux individus à part entière complexifie d’autant plus la recherche du pourquoi. No Easy Answers : The Truth Behind Death nous permet de voir Eric et Dylan sous un prisme plus réaliste que les portraits manichéens dépeints par la presse.

Je vous invite donc, si vous aussi vous avez été interpellés par la tragédie de Columbine, de lire ce livre (qui n’est malheureusement pas disponible en français). D’ailleurs, Columbine étant un évènement complexe qui nécessiterait des pages et des pages de réflexion, je vais sans nul doute étoffer les réflexions lancées ici dans un prochain article en détaillant cette fois-ci, la journée sanglante du 20 avril 1999.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s