Quand la littérature joue les guides touristiques !

Qui n’a jamais rêvé de marcher sur les traces de grands écrivains ou de découvrir les lieux de l’intrigue de leur roman favori ? J’avoue pour ma part avoir parcouru les collines du Garlaban, en Provence. Ambiance trekking et accent du sud, j’ai ainsi pleinement profité de tout l’univers de Marcel Pagnol : le chant des cigales (bien que moi, je n’en ai pas mangé une), le parfum unique du thym et du romarin… Autant de souvenirs qui viennent s’ajouter à une expérience de lecture déjà incroyable. Mes Souvenirs d’enfance sont désormais physiquement liés à l’univers de mon auteur préféré…

Le tourisme littéraire a semble-t-il le vent en poupe. Entre tourisme de mémoire, tourisme culturel et tourisme durable, nous aurions tort de nous priver du formidable patrimoine littéraire français !

Aujourd’hui, je vous propose donc d’être votre guide touristique. Je vous garantis des balades littéraires extraordinaires !

Étape 1 : Le phare des Sanguinaires

Notre périple nous emmène tout d’abord sur l’île de beauté. Il vous faudra donc traverser la méditerranée et rejoindre l’île des Sanguinaires, non loin d’Ajaccio. Là-bas, le Phare des sanguinaires a reçu jadis un invité de marque : Alphonse Daudet. Il y séjourna en 1863 et s’inspira du lieu pour écrire « Le phare des Sanguinaires ».

“Figurez-vous une île rougeâtre et d’aspect farouche ; le phare à une pointe, à l’autre une vieille tour génoise où, de mon temps, logeait un aigle. En bas, au bord de l’eau, un lazaret en ruine, envahi de partout par les herbes ; puis, des ravins, des maquis, de grandes roches, quelques chèvres sauvages, de petits chevaux corses gambadant la crinière au vent ; enfin, là-haut, tout en haut, dans un tourbillon d’oiseaux de mer, la maison du phare, avec sa plate-forme de maçonnerie blanche, où les gardiens se promènent de long en large, la porte verte en ogive, la petite tour de fonte, et au-dessus la grosse lanterne à facettes qui flambe au soleil et fait de la lumière même pendant le jour…

Voilà l’île des Sanguinaires, comme je l’ai revue cette nuit, en entendant ronfler mes pins. C’était dans cette île enchantée qu’avant d’avoir un moulin j’allais m’enfermer quelquefois, lorsque j’avais besoin de grand air et de solitude”. (Le Phare des Sanguinaires, p.76)

phare_sanguinairesLe phare suscite un sentiment profond de solitude. C’est un lieu propice à la rêverie et à la fusion avec la nature. L’immensité obscure de la mer y est angoissante…

Étape 2 : Manosque

Ensuite, il nous faut reprendre le ferry et nous rendre à Manosque, en Haute Provence, terre natale de Jean Giono. Le Centre Jean Giono vous propose un ensemble de parcours à même de vous faire découvrir les lieux où l’écrivain a souvent situé son action. Il est d’ailleurs possible de se faire guider par des comédiens qui interprèteront pour vous le rôle de Jean Giono bien sûr, mais également celui de son ami et écrivain Lucien Jacques. Il s’agit, paraît-il, d’une expérience inoubliable !

Il [le plateau de Valensole] est le mauvais compagnon. Entendons-nous : il est pour moi l’ami magnifique, mais il est le mauvais compagnon de ce paysan des plaines. (…) Ce qui inquiète c’est son silence. Il est là-bas, il ne dit rien. (…). Et lui, il est là-bas toujours pareil, toujours muet ; il rêve, pensez-vous à regarder à plein visage la belle lune de jour qui vole avec ses deux cornes au-dessus de lui. (…). Il est quand même, pour moi, l’ami magnifique. Qui n’a pas son caractère ? Mais, par les beaux dimanches d’août, quand on lui a rasé sa chevelure de blé, quand il est crâne nu sous le poids de feu qui fait craquer l’argile du ciel, alors il sait, d’un enseignement sûr, vous mener jusqu’au fond sensible de la vie (…)”. (Manosque-des-Plateaux p.20-21)

Manosque Giono_7

Étape 3 : Aix les Bains

Prenons ensuite la direction nord jusqu’à Aix les Bains et rendons-nous à la pension Perrier. Celle-ci a accueilli, à 8 reprises, l’un des écrivains romantiques les plus célèbres : Alphonse de Lamartine. Bien que la pension Perrier n’existe plus en tant que telle, il est cependant possible de visiter la chambre de Alphonse de Lamartine reconstituée au Musée Faure. C’est dans cette commune de Savoie que de Lamartine a écrit son célèbre poème « Le Lac » en souvenir de sa rencontre avec Julie Charles.

“Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges

Jeter l’ancre un seul jour ?”

SOU86133 A Welsh Valley, 1819 by Varley, John (1778-1842) oil on canvas 79.1x10.6 © Southampton City Art Gallery, Hampshire, UK English, out of copyright
SOU86133 A Welsh Valley, 1819 by Varley, John (1778-1842)
oil on canvas
79.1×10.6
© Southampton City Art Gallery, Hampshire, UK
English, out of copyright

Étape 4 : La Normandie

Notre balade littéraire se poursuit par une excursion en région normande ; une région au patrimoine littéraire captivant ! L’occasion vous est ainsi offerte de découvrir les demeures de grands écrivains : Corneille et Flaubert à Petit-Couronne, Maurice Leblanc à Etretat ou encore Victor Hugo à Villequier. Guy de Maupassant  y passa également sa petite enfance et fit construire à Etretat, un chalet nommé la Guillette. L’œuvre « Bel ami » fut achevée en ces murs.

Le tableau ne serait pas complet sans la figure littéraire de Marcel Proust. Très attaché à la Normandie, il séjourna plusieurs étés à l’appartement 105 de l’Hôtel les Roches noires à Trouville sur Mer. 70 ans plus tard, c’est Marguerite Duras qui acheta l’appartement n°110 du même hôtel !

proust

Étape 5 : Paris et la région parisienne

Enfin, notre voyage se termine en région parisienne. Là encore, les trésors culturels y sont nombreux et ont abrité les actions des romans de Jean-Paul Sartre, Emile Zola, Simone de Beauvoir ou encore de Georges Orwell et Ernest Hemingway. Outre les monuments commémoratifs et les musées, il est possible de visiter certaines demeures ouvertes au public.

Pour conclure, nous parachèverons notre séjour à Paris afin de découvrir les hôtels particuliers ayant accueilli Victor Hugo et Charles Baudelaire. Non seulement ces écrivains ont séjourné longuement dans la capitale mais ils ont aussi maintes fois déménagé. Le quartier latin est ainsi un quartier historique, le berceau de l’érudition et des lettres. Le boulevard Saint Germain abrite le très célèbre café de Flore où Sartre et d’autres philosophes contemporains avaient coutume de se réunir. Aujourd’hui encore, ce café littéraire mythique continue d’accueillir les penseurs. Il n’est en effet pas rare d’y croiser, paraît-il, Frédéric Beigbeder ou encore Bernard Henry-Lévy.

cafe_flore_2

Nous terminerons ici notre escapade livresque bien qu’il existe encore de nombreux lieux à mentionner !

La France dispose d’un patrimoine littéraire et culturel incroyable qu’il serait fort dommage de négliger. Non seulement le tourisme littéraire permet à certains territoires de gagner en attractivité mais il se situe à l’interface du tourisme culturel, du tourisme de mémoire et d’un tourisme durable.  Espérons seulement que le tourisme littéraire saura éviter les écueils et les dérives du tourisme de masse.

La semaine prochaine, je vous invite à poursuivre notre balade littéraire hors de nos contrées françaises. Je vous emmènerai à Londres, à Stockholm, au Vietnam et bien plus loin encore 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s